Aller au contenu

Détour par Notre-Dame de Paris : images du démontage en cours du grand orgue

Après l’incendie de Notre-Dame de Paris, une bonne nouvelle parmi les mauvaises : les orgues de la cathédrale n’ont pas été endommagés, mais pourtant il faut les démonter, les nettoyer à cause du plomb répandu dans l’édifice – et dans l’orgue et ses tuyaux –  et ensuite les remonter; bref des chantiers très importants déjà commencés pour le grand orgue Cavaillé-Coll, l’un des plus grands de France (après Saint-Eustache) avec 8000 tuyaux.

L’orgue de choeur est également intact (il est moderne) : mais il a été « noyé » par les jets d’eau des pompiers. Sa remise en activité sera donc très lointaine.

Images (captures d’écran) projetées dans la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris – Trocadéro. On peut voir des images du démontage.

Les documents sont diffusés en continu  dans l’aile des moulages de la Cité   où sont également exposés les 12 apôtres et 4 tétramorphes (et le coq du clocher) voulus par Viollet-le-Duc, heureusement déposés 4 jours avant l’incendie (et qui ont été très bien restaurés) : à voir absolument…

Extrait de wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_de_Notre-Dame_de_Paris

Le grand orgue de Cavaillé-Coll de 1868, rendu provisoirement inutilisable par la suie et la poussière (il devra être démonté de fond en comble), ne semble avoir subi aucun autre dommage. Eric Brottier, technicien-conseil auprès du ministère de la Culture, responsable du chantier de rénovation de l’orgue de Notre-Dame entre 2012 et 2014, a indiqué à France Musique que « relativement épargné […] patrimonialement, il existe toujours, il n’est pas perdu »94,95.

Vincent Dubois, cotitulaire de la tribune de la cathédrale avec Olivier Latry et Philippe Lefebvre rapporte cependant à La Lettre du musicien l’inquiétude des organistes : « le grand orgue Cavaillé-Coll, dont la dernière restauration remonte à 2014, a été a priori sauvé par la dalle de couverture en pierre qui relie les deux tours ; il n’y a pas de charpente à cet endroit-là du toit, l’eau envoyée par les pompiers a coulé de part et d’autre et n’est pas tombée sur la tribune de l’orgue ; le buffet et la tuyauterie seraient donc épargnés mais si les voûtes de la nef, très fragilisées, ne sont pas rapidement consolidées, il faudra probablement démonter l’instrument et trouver un atelier assez grand pour le mettre à l’abri ; il n’en existe pas de tel en région parisienne ; tout l’enjeu est de savoir, très vite, si les clés de voûte vont résister au poids de l’eau et du plomb fondu qui s’y est déversé »

L’orgue de chœur n’a pas brûlé non plus, les tuyaux n’ont pas fondu, mais il a totalement pris l’eau. Johann Vexo, organiste de chœur de Notre-Dame depuis quinze ans, jouait dans la cathédrale quand l’alarme a retenti vers 18 h.

Liens